Quand l’industrie équestre se tourne au féminin

Enquête sur les produits équestres dédiés aux cavalières : atout marketing ou réelle innovation ?

Si l’équitation a presque toujours été considérée comme un sport féminin depuis sa mise en lumière, il aura fallu attendre de nombreuses années avant l’émergence de produits dédiés à cette gente féminine. Marketing ou utilité prouvée ? Equiweb vous propose aujourd’hui une enquête sur les produits équestres dédiés aux femmes.

Attention, nous avons volontairement choisi de n’aborder que deux types de produits équestres spécialement conçus pour les femmes. Il existe bien évidemment d’autres exemples pouvant illustrer nos propos mais pour garder une cohésion et une compréhension globale nous avons opté pour deux exemples concrets et connus par la grande majorité des cavaliers.

Une clientèle essentiellement féminine

Si l’équitation était autrefois un sport masculin et dont les principaux acteurs étaient des hommes, l’équitation est aujourd’hui un sport qui ne cesse de séduire des femmes de tout âges et l’ayant ainsi rapidement placé comme premier sport féminin en France.

Face à cette clientèle féminine, de nombreuses marques ont su adapter leurs gammes en proposant des produits techniques et innovants spécialement dédiés à la femme.

Le pari gagnant de CWD

Lancée en 2016, la gamme Mademoiselle de CWD a eu l’effet d’une bombe sur le marché des selles. Si son visuel accrocheur a su séduire une majorité des cavaliers, ses caractéristiques ne s’arrêtent pas là. En proposant la première selle dédiée aux femmes, le sellier français a réussi à conquérir une clientèle soucieuse du confort et des performances techniques.

Un arçon inédit, une technologie spécialement adaptée au bassin des femmes en préservant le dos du cheval !

Première de la gamme, la selle Mademoiselle 2gs plus communément appelée Miss 2gs a surpris par ses multitudes particularités. Conçue à partir des plans du modèle 2gs, la version féminine présente un siège adapté au bassin des femmes. Son siège plat en forme de U permet une meilleure assise du bassin féminin et libère d’autant plus la colonne vertébrale des chevaux. En parallèle, son poids plus léger permet une meilleure utilisation au quotidien par les cavalières. Grand atout commercial, la personnalisation de la selle selon les souhaits de la cavalière. En personnalisant les coloris des joncs d’étrivières et de siège, CWD a ainsi permis d’adapter une selle jusqu’aux couleurs mêmes de la cavalière. C’est ainsi que la marque propose aujourd’hui pas moins de 11 coloris différents !

https://eu.cwdsellier.com/img/cms/LANDING/Coloris.jpg

Après cette grande réussite de la Mademoiselle 2gs, CWD a lancé une gamme complète du même nom ! Au menu : bridon, licol d’écurie, sangle et bavette, protections en cuir… bien évidemment personnalisables selon les mêmes coloris proposés pour la selle !

Pour conclure, si la selle Mademoiselle avait comme intention d’apporter une innovation pour la gente féminine, le reste de la gamme profite elle du marketing créé par celle-ci en proposant des produits dérivés s’y associant à merveille.  

La sécurité n’a pas de prix !

Le marché des casques d’équitation a connu un grand renouveau depuis les années 2000 avec l’émergence de nouveautés produites par des marques telles que GPA, Samshield ou encore Kask.

Adieu l’époque des casques en velours sans jugulaire et laissons place aux bijoux de technologie assurant une sécurité à toute épreuve. En parallèle, le marché s’est vu fleurir de casques à larges visières touchant spécifiquement les femmes. Si l’utilité réelle de ces modèles trouve son origine dans la discipline du polo c’est finalement sur l’aspect esthétique que repose l’argument de vente de ces casques avec des courbes spécialement conçues pour les femmes.
 

Selon nos souvenirs ce fut GPA qui lança les premiers casques à large visière avec le modèle GPA First Lady, porté par la cavalière française Pénélope Leprevost. Si les débuts de ces modèles n’arrivaient pas à conquérir l’esprit des cavalières, c’est finalement toute une mode qui a su émergé au fur et à mesure des années.

C’est dès 2015 que Samshield a annoncé le lancement d’une gamme conçue pour les cavalière initialement proposée par le modèle visière polo qui permet de rajouter une large visière amovible aux modèles de base de la marque. Après un prix attractif, cet accessoire s’est développé rapidement avant de devenir un incontournable sur les terrains de concours. En 2016, c’est cette fois la sortie du casque Miss Shield qui a agité la toile en proposant une personnalisation 100% féminine des casques de la marque française. En restant à un prix raisonnable elle a ainsi rapidement concurrencé le modèle First Lady de son concurrent…

Modèle Premium Alcantra + visière polo
Modèle Miss Shield avec personnalisation

Depuis ces modèles précurseurs des casques féminins, il est presque impossible de ne pas proposer de modèle à large visière à l’heure d’aujourd’hui. Ainsi, la majorité des fabricants de casques proposent dès à présent des modèles à large visière, des modèles les moins chers jusqu’aux marques de luxe !

Voir cette publication sur Instagram

Jet jumped clear in the Grand Prix Qualifier today!!! 💖

Une publication partagée par Karen Polle (@karenpolle) le

Un casque Hermès avec large visière, fruit d’une longue collaboration entre la maison de luxe et l’équipementier KEP Italia.

Mais qu’en est-il des prix ?

Aujourd’hui plus que jamais, les produits féminins sont très fréquemment victimes de la “taxe rose”. Mais cela touche t-il également le marché équestre féminin ?

Taxe rose, en anglais pink tax ou woman tax, désigne une différence de prix entre les produits et services étiquetés pour femme et ceux étiquetés pour homme, au détriment des consommatrices.

Source : Wikipédia

Globalement s’il on compare les produits basiques d’une marque à son dérivé féminin on constate tout de même une différence de prix.

A partir de 4 750€ pour une selle classique (2gs) à droite contre 4 950€ pour une selle conçue pour les femmes (Mademoiselle 2gs) à gauche. Différence de prix moindre en vue des innovations apportées à un tel produit.
A partir de 295€ pour le modèle basique “Shadowmatt” contre 345€ pour le modèle “Miss Shield”.

Les différents modèles possèdent bien des légères différences de prix; cependant, n’oublions pas les divergences techniques de ces produits qui n’ont pas systématiquement la même vocation d’utilisateurs/utilisatrices. Certes une différence est constaté chez les produits étiqueté “Miss, Mademoiselle, Lady, Femme,…” mais il ne faut pas oublier les recherches entreprises en amont de la vente de ces derniers !

Nous l’aurons compris, avec une clientèle de plus en féminine, les marques d’équitation proposent dorénavant plus de produits spécifiques ces dernières années. Si cela représente un bel avantage marketing, les gammes conçues pour les femmes proposent tout de même des innovations inédites et spécialement dédiées au femme… Conquis(e) par ces gammes ou simple question marketing selon vous ? Donnez-nous votre avis !

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email