Rhinopneumonie : la situation en Europe s’empire

Après la déclaration de cas suspect lors du CSI de Valencia (ESP), une multitude cas de rhinopneumonie équine se propagent en plaçant l’Europe face une pandémie conséquente. Quels sont les risques pour les chevaux atteints ? Comment ce virus se manifeste t-il chez le cheval ?

Ces vidéos auront fait le tour de la toile équestre en l’espace de quelques jours : celle d’un cavalier champion olympique et celle d’un vétérinaire. Toutes deux témoignent de la violence du virus de l’herpèsvirose HEV-1, plus communément appelée rhinopneumonie.

Comment le virus se propage t-il et quels sont ses effets sur le cheval ?

La rhinopneumonie se transmet très facilement par des vecteurs humains ou animaliers du virus. Ainsi, les mains des cavaliers, les nez et pattes des chiens peuvent se retrouver en contact avec le virus et donc le disséminer sur leur passage.

La rhinopneumonie auquelle l’Europe fait actuellement face se traduit par de fortes affections du système nerveux pouvant mener à l’euthanasie pour les cas les plus graves. L’apparition des symptômes est soudaine et foudroyante, en paralysant généralement le cheval de façon ascendante le cheval : des membres postérieurs jusqu’à l’avant main. Ce virus est guérissable mais cette forme est mortelle dans 50% des cas en raison de l’incapacité du cheval à se tenir debout.

Quelles sont les précautions à adopter ?

Bien que la FFE et la SHF ait pris la décision d’annuler toutes les compétitions nationales et internationales ainsi que les rassemblements d’équidés jusqu’au 28 mars 2021, de nombreux précautions sont à prendre pour les cavaliers restants sur les lieux de compétitions.

Les contact entre chevaux sont à bannir, tout en favorisant l’individualisation au quotidien (abreuvage, matériel, …). Il est également recommandé de surveiller l’état général du cheval en prenant régulièrement sa température et en agissant en cas de suspicion de rhino, et ce sur une période de huit jours. En cas de symptôme, le cheval doit impérativement être isolé et consulté par un vétérinaire puis maintenir son isolement durant la période d’incubation qui se veut être de sept à dix jours selon

Chloé Lagocki

Passionnée d'équitation et de mode, je partage mes découvertes et connaissances à travers mon clavier d’ordinateur ! Follow me on IG : @lgkchloe / @equiweb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *