Le surpoids chez le cavalier : cause de nombreux problèmes

 

Bonjour, aujourd’hui je vais attaquer un sujet très important mais aussi très tabou dans le monde du cheval… L’obésité/le surpoids du cavalier, et quels sont ces impacts sur le cheval. Bien entendu, un article sera également posté dans quelques temps sur l’obésité (ou surpoids) du cheval cette fois-ci. Donc restez connectés, je vous tiendrais au courant sur les réseaux sociaux !

Le cheval est un animal grand, fort et imposant ainsi de part ces aspects la capacité à supporter le poids du cavalier est très souvent oubliée… Mais alors, quel est le poids idéal du cavalier ? Comment choisir un cheval adapté à sa morphologie et à son poids ? Quelles sont les répercutions d’un cavalier trop lourd sur le dos d’un cheval ? Voici beaucoup de questions auxquelles il est assez compliqué de trouver des réponses…

Le docteur Hayley Randle du Duchy College a mené une étude sur le poids du cavalier et a été publiée dans le dernier numéro du Journal of Veterinary Behaviour. Cette étude a porté sur 152 chevaux et leurs cavaliers adultes dans la région du Devon et de la Cornouaille. « Les gens ont tendance à penser qu’il n’y a pas de problème car les chevaux sont de si grands animaux que la question du poids du cavalier ne se poserait pas » déclare le Dr H.R. « Mais l’impact sur la santé du cheval peut être assez important, assez rapidement ». Ce chercheur estime que le ratio optimal serait de 10%. Jusqu’à 15%, il serait satisfaisant, et au delà de 20%, il comporterait de réels risques pour le physique du cheval. Cela voudrait concrètement dire qu’un cheval de 500kg ne devrait pas porter un cavalier de plus de 75kg, et qu’à partir de 100kg, cela deviendrait néfaste pour lui.

 

 

« C’est intéressant mais il manque des éléments pour mieux appréhender le sujet. On ne tient pas compte de la race du cheval, de son âge, de sa musculature, ni du niveau du cavalier, qui sont des éléments déterminants pour tirer de réelles conclusions. Par exemple, quand on porte un enfant de 5 ans dans les bras et qu’il est calme, cela ne nous pose pas de problèmes. En revanche, s’il est agité, c’est une autre affaire, nous avons l’impression qu’il est plus lourd à porter. C’est pareil en biomécanique équestre. Si un cavalier n’est pas en équilibre et pas stable sur le dos du cheval, il est plus lourd pour le cheval, » précise Pascale Phillpot, coach en biomécanique du cavalier, praticienne en shiatsu équin. « Ne parler que du surpoids est un peu réducteur. Regardez en courses de galop, le poids porté par le cheval est défini en fonction de ses résultats antérieurs. Il a une influence sur la performance car on essaye de mettre tout le monde à égalité de chances en introduisant des handicaps, du poids en plus. Un pur sang va peser entre 420 et 530 kg et va porter 70 kg, soit environ 1/7 de son poids. D’une manière plus générale, il y a des chevaux porteurs et des chevaux pas porteurs. Des dos courts et forts seront plus porteurs que des dos longs et légers. Un barbe ou un quarter horse va porter plus qu’un pur sang. Il y a aussi des chevaux qui s’affaissent quand on monte dessus et d’autres sont bien stables. » complète Sébastien Caure, vétérinaire équin dans le Calvados, spécialiste de la locomotion.

De plus je trouve intéressant de rajouter la position du cavalier sur le dos du cheval. En effet, un cavalier en équilibre sur ses pieds et tenant son dos se fera plus léger qu’un cavalier assis non fixe et rebondissant sur le dos de sa monture. Donc la mise en selle sera autant bénéfique pour protéger le dos de ton cheval que pour avoir une meilleure assiette et une monte plus élégante !

Aujourd’hui, les vétérinaires sont d’accord sur le fait qu’un cavalier trop lourd pour son cheval, mais également comme un cavalier en constant déséquilibre ou trop asymétrique, peut lui provoquer des problèmes lombaires, mais également des boiteries, voire des lésions au niveau des pieds. « Lors des réceptions, le cheval va avoir une tonne sur un pied. Alors une tonne plus 80 ou une tonne plus 90 kg, cela fait peu de différence. Par contre, une tonne avec un sac de patate, ou bien une tonne avec un sportif qui accompagne le mouvement du cheval et qui a son centre de gravité au bon endroit, cela change beaucoup, » illustre Sébastien Caure.

Une selle adaptée amènera le cheval comme le cavalier dans la meilleure position !

Il y a également le facteur de la selle qui joue un rôle important dans l’équilibre parfait cheval-cavalier. Une selle trop étroite aux épaules ou longue, qui appuie sur les épaules ou sur les lombaires, peut provoquer de graves lésions. De même une selle trop étroite peut faire basculer le cavalier sur le pommeau ou sur le troussequin. Ceci ajouté aux quelques kilos en trop du cavalier entraine de fortes pressions sur les vertèbres du cheval, qui ne l’oublions pas, ne sont pas adapter a porter du poids !

Ne faut tout de même pas faire de généralité car chaque cas et différents et chaque cavalier a ses défauts et qualités. Et le niveau est également à prendre en compte, en effet un débutant sera forcement moins souple et léger à cheval qu’un professionnel ou amateur.

La première des choses à faire est donc avant tout de choisir un cheval en fonction de sa taille, mais aussi et surtout de son poids, préférer les chevaux plus porteurs lorsque l’on est en surcharge pondérale, être encore plus attentif au choix de sa selle, pour son confort de cavalier, tout comme pour l’intégrité physique de son cheval, de son dos et de ses membres.

Au dessus de ses pieds, ce cavalier libère le dos de son cheval.

« Plus on est léger, mieux c’est. Le surpoids limite l’agilité, la forme du cavalier. Un cavalier à son poids de forme sera un meilleur athlète et aura un geste sportif de meilleure qualité. Son équitation sera donc plus efficace et plus économique pour le cheval, qui s’en portera d’autant mieux. C’est d’ailleurs plus la forme qu’il faut rechercher. Un cavalier en bonne forme montera mieux et fera moins de mal à son cheval qu’un top model raide comme un bout de bois. Mais il faut surtout bien échauffer le cheval et avoir une équitation légère, » prévient le vétérinaire.

 

Voilà voilà, j’espère que cet article vous aura appris quelque chose, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

 

Share Button
Fondatrice d’Equiweb, j'aime partager ma passion de l’équitation et de la mode à travers mon clavier d’ordinateur, il est aussi vrai que j’ai une obsession pour le matériel rose sur ma monture miniature (aka Rhinanthe le monstre pour les intimes). Vous pouvez me retrouver sur les réseaux sociaux pour suivre mon quotidien de lycéenne cavalière ! Instagram : @lgkchloe / Facebook : Chloé Lagocki / Snapchat : @chloe_lgki
Posts created 110

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut