La dermite estivale, comment en venir à bout ?

 

La dermite estivale est une maladie allergique du cheval qui est très difficile à traiter une fois qu’elle est installée. La dermite estivale est une maladie non contagieuse qu’il faut distinguer d’autres pathologies comme la gale du corps, la gale des crins ou encore les pédiculoses qui sont quant à elles contagieuses. La dermite estivale est un véritable fléau tant pour les chevaux qui en souffrent que pour les propriétaires qui ne savent bien souvent plus quoi faire pour s’en débarrasser. Il existe pourtant des solutions à mettre en œuvre pour limiter la survenue de cette maladie.

Symptômes ?

Les symptômes de la maladie sont clairement identifiables et plus encore lorsque le climat est chaud et humide.

Un cheval atteint de dermite estivale va présenter différents symptômes.Tout d’abord on peut constater que les crins de la crinière et de la queue sont cassés et ébouriffés suite à un grattage important. Lorsque les démangeaisons s’intensifient, les oreilles, la tête et la croupe peuvent elles-aussi être atteintes et la queue peut présenter des zones complètement imberbes.

Les blessures peuvent s’infecter provoquant ulcères et squames, la peau devenant ensuite épaisse et cartonneuse.
Le cheval atteint est également plus nerveux et plus anxieux qu’à l’ordinaire. Il semble très fatigué. Il peut également perdre un peu de poids.

En hiver, les symptômes s’estompent et reviennent chaque année à la même période. Ces derniers peuvent s’aggraver d’année en année. Au fil du temps et en l’absence d’un traitement efficace capable de limiter le développement de la maladie, le poil peut ne plus repousser, le bulbe étant détruit. Toutefois, un cheval sensible peut présenter ces symptômes tout au long de l’année, même en période hivernale.

Les causes ?

La dermite estivale est une allergie provoquée par des piqûres de différents insectes qui se nourrissent du sang de leurs victimes. Il peut s’agir de moustiques, de taons ou encore de moucherons de type culicoïde. Ces derniers sont les principaux responsables de la dermite estivale. Un climat doux et des températures supérieures à 12° C sont nécessaires à la survie de ces moucherons qui ont une durée de vie de seulement trois semaines. On constate alors que la période critique de la maladie est située entre les mois d’avril et d’octobre. C’est la salive de ces insectes qui est responsable de la dermite estivale car elle contient des toxines qui sont allergisantes. Il existe également des facteurs de risques comme une alimentation riche en protéines, le manque de travail, ou encore la finesse de la peau du cheval.

La prévention de la dermite estivale :

Jouer sur l’environnement du cheval

L’idéal serait de soustraire le cheval à l’allergène avant l’apparition des insectes piqueurs, c’est-à-dire dès le printemps. Ce n’est pas facile, car les chevaux vivant à l’écurie sont également atteints de DRE. Il faudrait laisser toutes les fenêtres ouvertes, après les avoir équipées de grillage à treillis très fin, et avoir installé des plaquettes insecticides dans l’écurie. L’utilisation d’un produit anti-mouches sur le cheval peut également contribuer à éloigner pour un temps les culicoïdes.

Le cheval ne doit alors pas être sorti au paddock dans les tranches horaires où les insectes sont les plus présents. Il faut ainsi éviter les heures les plus chaudes et le sortir la nuit par exemple ou aux heures les plus fraîches. Il faut qu’il ait à sa disposition un abri accessible qui lui offre de l’ombre. Il faut essayer de réduire son accès aux supports contre lesquels il pourrait se gratter (arbres, poteaux…).

Utiliser une couverture anti-dermite

La mesure la plus efficace, mais qui est assez contraignante, est de faire porter au cheval tout l’été une couverture anti-dermite est fabriquée dans une matière extra légère, ajourée, et enferme entièrement le cheval, encolure et tête comprise. Ceci limite considérablement les piqûres d’insecte.

 

Il existe également d’autres manière de prévenir la dermite estivale.

Traitement de la dermite estivale

Il n’existe pas de solution pour éradiquer la dermite estivale. Il est toutefois possible d’empêcher les insectes d’approcher, de limiter les démangeaisons subies par le cheval ou encore de traiter les lésions provoquées par les grattements.
Ainsi, il est possible d’appliquer une solution calmante et un antiseptique sur les lésions du cheval. Le vétérinaire peut aussi prescrire des antibiotiques et des antihistaminiques. Des corticostéroïdes peuvent également être prescrits pour lutter contre l’inflammation. Ce n’est toutefois pas une solution conseillée à long terme car elle entraîne un véritable risque de fourbure.
Lorsque les blessures du cheval suintent, elles doivent être nettoyées à l’aide d’un antiseptique. Il faut ensuite y appliquer une pommade cicatrisante.
Appliquer localement du benzoate de bezyle peut apaiser le cheval.

 

Share Button
Je m’appelle Chloé, j’ai 16 ans. Je suis originaire de la région de Metz et je monte depuis mes 9 ans. Je monte en cours compétition de saut. Je sors en compétition avec le poney de la photo: Rhinanthe de Fey !
Posts created 79

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut