A la découverte de Flora de Mariposa…

Alliée de la cavalière française Pénélope Leprevost, la jument alezane a tout de suite tapé dans l’œil des spectateurs avides de sports équestres. Equiweb vous propose aujourd’hui d’en savoir plus sur le parcours de cette jument exceptionnelle.

Origines, naissance et premières sorties en concours :

Fille de Fore Pleasure, la jument BWP pointe le bout de ses naseaux le 26 avril 2005 au sein de l’élevage de Herman de Brabander, en Belgique. Reconnu pour « une tête très expressive portée par un magnifique avant-main » (G. Vorwerk), l’étalon Hanovrien monté par Marcus Henning et Lars Nieberg a transmis à sa fille toutes ses qualités physiques et sportives.

Bien que la jument ait souvent un mauvais caractère, le belge flamand Herman de Brabander devine très vite les qualités exceptionnelles dont fait preuve Flora de Mariposa.

Montée par Kurt de Clercq durant ses jeunes années, l’alezane est davantage révélée en 2009 après son sacre Elite au championnat de Belgique des chevaux de 4 ans. Les années passant, la jument montre encore ses qualités et sa régularité en se classant 9ème du cycle des chevaux de 5ans et 3ème des chevaux de 6ans. Notons par ailleurs sa performance la menant à la finale des championnats du monde des jeunes chevaux à Lanaken. Elle finira d’être formée par Tom Camerlijnck après son rachat par les écuries Lenssens.

La rencontre avec le haras de Clarbec, le début d’une nouvelle histoire :

Continuant son évolution avec son cavalier Tom Camerlijnck, Pénélope Leprevost repère l’alezane lors de multiples échéances, la trouvant très qualiteuse. La cavalière française travaillant déjà avec sa mécène Geneviève Mégret, cette dernière acquiert Flora de Mariposa après l’avoir vu sauter. C’est ainsi que nous découvrons les premiers pas en compétition du duo en 2013.

Premiers pas à la Baule en 2013
Crédit: Wikimédia Commons

Au fur et à mesure des années, de nombreux rebondissements vont marquer l’histoire de la cavalière et de la jument alezane. L’année 2014 sera le début des plus grandes performances du couple. En effet, après avoir gagné l’étape de le Coupe des Nations à Rotterdam c’est lors des Jeux Equestres Mondiaux de Caen que le couple va briller. Bien que Dame Blanche était la monture de tête de Pénélope Leprevost, la blessure de cette dernière entraina la sélection de Flora de Mariposa pour cet évènement majeur. Pari gagnant puisque la France remporte la médaille d’argent en équipe ! Malheureusement, la chute du couple sur la rivière leur a valu une élimination pour le championnat individuel…

En 2015, une blessure due à un choc bouleversera la saison du couple. Après plusieurs mois de convalescence, le couple fait son retour avec des victoires et bonnes performances.

L’année 2016 sera elle l’accomplissement de la carrière sportive du couple en remportant le rêve de tout sportif : le sacre de champion olympique aux Jeux Olympiques de Rio. Après avoir été victime de colique peu avant le début des épreuves c’est finalement avec beaucoup de soulagement que la jument est apte à concourir. Après un magnifique sacre en décrochant l’or par équipe, le couple formé avec Pénélope Leprevost est malheureusement une fois de plus écarté d’un sacre individuel avec une chute de la cavalière sur un imposant oxer…

La fin d’une histoire et le début d’une courte autre :

C’est le 8 Février que la nouvelle tombe : la fin de la collaboration entre la cavalière Pénélope Leprevost et le Haras de Clarbec. C’est alors un piquet de chevaux de haut niveau qui se retrouve avec de nouveaux cavaliers.

Après une nouvelle blessure, Flora de Mariposa passe sous la selle de Félicie Bertrand, cavalière française. Quelques compétitions plus tard l’état de la jument se dégrade encore puisqu’elle se blesse à nouveau. Elle est ainsi emmenée au Haras de Clarbec pour poursuivre sa convalescence liée à une mauvaise réception d’un obstacle à Liverpool.

Actuellement, la jument de 15 ans n’a pas posé un sabot sur un terrain de concours depuis 2018 au plus grand malheur des passionnés de jumping. Heureusement, la descendance de la belle alezane brille déjà sur les CSI du monde entier à l’instar d’Ilena de Mariposa, magnifique jument grise.

Ainsi, la belle jument alezane aura marqué le monde du Jumping en peu d’années passé à haut niveau. Bien que les chances de la revoir fouler les terrains internationaux soient presque inexistantes, sa descendance laisse quant à elle entreprendre de bonnes surprises d’ici quelques années…

Et selon vous, quel est l’élément qui aura marqué la carrière de cette perle rare ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *